La Casa Yodelice Index du Forum

La Casa Yodelice
Toute l'actualité du groupe Yodelice !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[29/01/2015] "Gamin, je ne rêvais que de faire de la musique" @ Lemon Mag

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La Casa Yodelice Index du Forum -> YODELICE - LE GROUPE -> Yodethèque -> BUREAU DE PRESSE
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Julie
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mar 2009
Messages: 4 642
Date de naissance: 06/05/1991
Féminin Taureau (20avr-20mai) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Jeu 29 Jan - 16:57 (2015)    Sujet du message: [29/01/2015] "Gamin, je ne rêvais que de faire de la musique" @ Lemon Mag Répondre en citant

Source: http://www.lemonmag.com/yodelice/


Maxim Nucci, alias Yodelice, surfe depuis la sortie en 2009 de son album « Tree of Life » et le single « Sunday with a flu » sur la vague du succès. Deux fois Disque de Platine, Prix Constantin, Victoire de la Musique, des concerts qui affichent complet, il est revenu l’an passé avec un troisième album « Square Eyes » suivi d’un album live.  Rencontre avec l’intéressé après  son passage le 13 décembre dernier à Stereolux à l’occasion des Rockeurs ont du Coeur. 
Maxim bonjour. L’an passé tu as quitté Mercury pour créer ton propre label. Pourquoi ?
Je n’ai gardé effectivement Mercury que pour la distribution. Economiquement, je ne devenais plus intéressant pour eux. Donc c’était l’occasion de retrouver mon indépendance. En fait, j’aime travailler comme un artisan. Je choisi mes collaborateurs, comme Patricia Téglia, une indépendante (nantaise NDLR) pour ma promo. J’y retrouve plus d’implication qu’une major qui a tout un catalogue d’artistes à promouvoir. Des gens avec qui on s’entend bien, on s’appelle, on travaille main dans la main, il y a une vraie relation… C’est tellement plus intéressant et créatif. On n’est pas dans une espèce de communication globale et marketée. 
Le marché du disque semble inexorablement s’effondrer, que cela inspire-t-il à un musicien qui a eu la chance d’obtenir un disque de platine à deux reprises ?
Ça me fait juste dire que les gens qui projettent de faire de la musique pour gagner de l’argent aujourd’hui, ils feraient mieux de changer d’idée ! (rires)…. Moi je fais depuis que je suis gamin, je ne sais pas faire autre chose. J’aime ça par-dessus tout. Je suis un grand consommateur de musique de toutes sortes. Après, pour ce qui est de mon regard sur l’industrie du disque … même si je m’y intéresse, j’essaye de rester détaché… 
Peux-tu nous rappeler ton parcours ?
Gamin, j’habitais en banlieue et ai fait le conservatoire dans le Val de Marne. Deux ans detrompette et six ans de piano. A la maison, mes parents écoutaient  de la soul, de la variété française. Un jour j’ai découvert le rock’n’roll par le biais de potes, de Hendrix à Pink Floyd en passant par Led Zep ou les Doors. Une fois que j’ai découvert ça et la guitare, mes notes à l’école ont commencé à devenir très mauvaises, je jouais tout le temps. J’ai fait mes premiers groupes…. Mes parents m’ont d’abord fait la guerre mais au bout d’un moment ils ont vu que c’était mon truc et ils m’ont alors dit d’accord, mais tant qu’à le faire autant le faire bien et ils ont cherché une école de musique pour moi. Et moi je connaissais une école aux Etats Unis qui s’appelait le Guitar Institute of Technology,  sauf que ça coutait beaucoup trop cher et que c’était beaucoup trop loin pour un môme de 16 ans, mais quand on les a appelé, ils nous ont annoncé qu’ils venaient d’ouvrir une filiale à Londres, donc j’ai pu aller étudier là-bas… Les plus belles années de ma vie, j’ai découvert l’indépendance, avec 250 élèves musiciens qui venaient des 4 coins du monde …
Ensuite, je dois avouer que je n’ai pas ramé très longtemps, j’ai eu pas mal de chance… je donnais des cours de gratte et j’écrivais des chansons. J’avais entendu die que Santi, l’ex-batteur de la Mano Negra, était patron de Polygram. Moi j’étais un grand fan de la Mano alors je me suis pointé sans rendez-vous dans son bureau, avec une gratte acoustique car je n’avais pas d’outils pour m’enregistrer, et je lui ai chanté mes chansons… ça lui a vachement plu et il m’a signé en édition j’avais 17 ans. Le but était alors de proposer mes chansons à des artistes du label. Ça a commencé avec Ana Torroja, l’ex chanteuse de Mecano, pour qui j’ai écrit trois chansons. Elle m’a aussitôt demandé de réaliser son album. J’ai accepté sans savoir ce qu’était vraiment la réalisation. J’y ai été au flan !!!! Et c’est devenu mon deuxième métier, celui de réalisateur. Que j’aime beaucoup, car c’est de l’artistique à 360°, tu deviens le maitre des lieux dans le studio. Et là je me suis dit, voilà, c’est ça que je veux faire, écrire des  chansons et réaliser des disques…
Je l’ai fait pendant très longtemps jusqu’au jour où je me suis aperçu que j’étais dans un circuit imposé par la maison de disque ou l’artiste et ta ligne créatrice est très restreinte finalement. Je ne me plaisais plus à faire ça, j’avais envie de faire des disques qui me ressemblent ou du moins qui soient dans la tradition de ce que j’ai toujours aimé, de la musique que j’aime, celle qui m’a inspiré. Et c’est là que j’ai décidé de créer Yodelice… 
Ce que tu aimes justement c’est quoi, les artistes qui t’ont fait grandi ?
Oh il y en a tellement. C’est la somme de tous et leurs différences qui m’ont construit, j’écoute tellement de tout. Je suis passé par plein de phases, funk, soul, afrobeat, rock, psychédélique, même hard rock !!! Metallica et le Black Album… J’aime la musique, j’aime les mélodies et les chansons, donc c’est vaste !
Trois disques à charger sur ton mobile pour un grand voyage en solitaire ?
C’est dur !!!!  Eh bien forcément « Electric Ladyland » de Jimmy Hendrix, ensuite « The Dark Side Of The Moon » de Pink Floyd et pour contrebalancer tout ça,  « Thriller » de Michael Jackson…. 
Le dernier album était plus sombre. Le fait d’enregistrer à New York a-t-il influé ?
Je suis convaincu que le lieu d’enregistrement influe sur la texture et la façon de travailler. Un disque sera différent à New York, à Los Angeles, ou en Europe… C’est marrant parce que je suis justement en train de mater en ce moment la série de Dave Grohl « Sonic Highways » ou il enregistre avec les Foo Fighters un titre dans chaque ville des Etats Unis en tenant  compte de l’histoire de la ville. Et ils disent que ça influe énormément. Oui New York a influencé, d’autant que je ne suis venu qu’avec une guitare électrique et que je faisais tout sur l’ordi, même les lignes de basse à la guitare que je descendais de plusieurs tons…. le noyau dur de l’album est enregistré là-bas parce que la fin a été enregistrée à Paris, mais c’est certain, ça a laissé une empreinte… 
Un petit mot sur cette soirée que tu viens de passer aux Rockeurs ont du Cœur ?
Ce que je retiens, c’est ce moment de partage, la faculté des organisateurs à fédérer des artistes, des techniciens et le public autour d’une sublime cause. Offrir du bonheur, des moments de solidarité rares dans une période un peu « chaude » actuellement, je suis super content de l’avoir fait. Je suis également ravi car j’avais envie de le faire mais les musiciens et techniciens qui m’accompagnaient sur la tournée devaient  tous partir avec d’autres artistes une fois celle-ci achevée, et pour autant, spontanément, ils ont tous accepté de revenir ce soir pour cette date caritative. Ça m’a touché aussi. Et puis croiser d’autres artistes plus longuement que sur certains festivals, c’est top. Voir le side project de Boris d’Indo, c’était cool. Voir les Innocents et JP Nataf qui est pour moi un des plus grands compositeurs français, c’était bien aussi, j’ai pu assister à certains sets, me mêler avec le public dans cette belle ambiance de fête, conviviale, c’est ici et ce n’est nulle part ailleurs. Cela restera un très grand souvenir! 
Ton rapport avec la scène française ? Des artistes dont tu te sens proche ?
Oui, même si je chante en anglais, parce que j’ai une culture tout autant anglo-saxonne que française, je me sens proche et j’y ai des amis. Jeanne Cherhal, que j’adore, j’en suis très fan, un auteur compositeur de très grand talent. Et puis  je suis assez curieux de nature, j’aime découvrir de nouveaux groupes… 
Quelques mots sur ta collaboration avec Johnny Halliday ?
Ses chansons ont fait vibrer mon enfance et de travailler avec lui est un grand honneur. Souvent malheureusement la caricature prend le pas sur l’artiste qu’il est, un artiste qui a commencé à 16 ans et qui en a 71 aujourd’hui, qui a connu et collaboré avec les plus grands. Un gars d’une richesse absolu et chaque moment de complicité que j’ai pu avoir avec lui sont des instants rares que je garderai dans ma tête jusqu’à la fin de ma vie 
Tes projets pour l’année à venir ? Des collaborations ?
J’ai envie de me consacrer à mon travail en studio, maintenant que la tournée est finie. J’ai envie de travailler avec des jeunes artistes, comme Jain, qui a fait mes premières parties sur la tournée, une toulousaine qui a grandi au Congo, elle a 20 ans, entre ska hip hop et reggae, avec des machines.
On termine actuellement son album. Et puis il y a aussi un trio anglo-français, Sparky in the Cloud, absolument dément, que j’ai envie d’aider… et plein d’autres projets…. 
Pas d’album Yodelice en 2015 donc…
Effectivement, pas avant 2016 a priori…  A moins qu’une vague d’inspiration me submerge tout à coup, on n’est à l’abri de rien …. Cela peut parfois aller très vite ! 
Propos recueilli par Laurent Charliot 

_________________
Rejoignez-nous sur la page Facebook de La Casa Yodelice!
C'est PAR ICI !


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Publicité






MessagePosté le: Jeu 29 Jan - 16:57 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Wige65
Yodelicien actif

Hors ligne

Inscrit le: 01 Oct 2013
Messages: 181
Localisation: Sarriac Bigorre
Date de naissance: 14/12/1979
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Ven 30 Jan - 15:55 (2015)    Sujet du message: [29/01/2015] "Gamin, je ne rêvais que de faire de la musique" @ Lemon Mag Répondre en citant

Merci pour le partage. Elle est top cette interview. 
_________________
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:46 (2016)    Sujet du message: [29/01/2015] "Gamin, je ne rêvais que de faire de la musique" @ Lemon Mag

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La Casa Yodelice Index du Forum -> YODELICE - LE GROUPE -> Yodethèque -> BUREAU DE PRESSE Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com